Abbaye mère de l'Ordre Grégorien
Bienvenue en notre abbaye Grégorienne d'Argentat !



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entre Toi et Moi, il y a un monde!

Aller en bas 
AuteurMessage
Constance Élyse VF-DC
Novice infernal
Novice infernal
avatar

Féminin Nombre de messages : 43
Paroisse (Diocèse) IG : Murat (Clermont)
Spiritualité Grégorienne : 181
Date d'inscription : 27/08/2018

MessageSujet: Entre Toi et Moi, il y a un monde!   Mer 5 Déc 2018 - 22:47

[D'une discussion avec le Très-Haut]
[Le bois]

Je me suis levée ce matin avec dans l'idée qu'il y avait trop longtemps que je ne Lui avait pas vraiment parlée.  Ici, dans la forêt, ce sera le meilleur endroit pour le faire.  J'avance donc, enroulée dans ma cape, vers les bois en souriant.  Je suis toujours souriante.  toujours heureuse.  Toujours en paix.  C'est faux.  Je ne le suis pas toujours toujours, mais j'essaie de ne pas le montrer trop souvent.  J'avance dans le bois.

Il y a bien longtemps que je ne me suis pas permise de me perdre vraiment, complètement, dans mes pensées, dans mes idées, avec Toi, mon Amour.  Il y a tant de chose qui ce sont produite dernièrement.  Dernièrement?  Depuis la dernière année et même un peu plus je dirais.

Je contourne un rocher et pose une main douce sur un arbre.

Tu me permet de te raconter un peu les événements?  Mais je craint qu'il me faille remonter à loin, car, avouons-le, Tu ne m'a pas donné une route facile à suivre.

Je sourit comme on sourit à un ami ou un amant qui aurait fait une bêtise, avec un petit hochement de tête.

Alors, voyons voir un peu ce qui c'est produit depuis.... oh!  Depuis ma naissance!  Déjà, je suis franchement en colère contre toi.  De n'être capable de tout dire à qui que ce soit, pas même à Maman, c'est très difficile.  J'ai toujours l'impression de mentir, alors que ce n'est tout simplement qu'une incapacité totale à dire ce qui me trotte vraiment dans l'esprit.  Tu m'a permis de me souvenir, mais pas de raconter.  Tu m'a donner la Mémoire, mais pas le Verbe.

Et tu sait combien il peut être difficile de parler de Toi sans vraiment le faire, de T'aimer, sans vraiment pouvoir le faire.

Je m'ennuie terriblement de Toi, de Ton Amour, et de mes Frères, Aristote et Christos.  Je m'ennuie de ma Soeur Raphaëlle aussi.  Tu sait, oui Tu le sait, combien Valentina me fait penser à Raphaëlle.  Elle doute toujours de l'amour des gens qui l'entour.  Elle cherche en permanence à leur faire plaisir et n'est jamais vraiment satisfaite.  J'espère qu'elle Te trouvera un jour.  Elle est pourtant jeune encore.

Mais j'ai fait le choix de revenir.  J'ai fait le choix de revenir et de fonder une famille qui serait à moi.  Des enfants que je porterais en mon sein et que je nourrirais de mon amour et du Tiens.  Et tout ça, même si je suis capable de l'exprimer, jamais je ne suis capable de le faire clairement.  On me dit que je suis trop jeune pour comprendre ce genre de chose, que je suis trop jeune pour épouser un homme et avoir des enfants.  Trop jeune pour ci ou pour ça.  Alors que je suis plus âgée qu'eux, plus que Papas, plus encore que les pères de mes pères.  

Et si j'ose le dire, on me dit que je suis sotte ou hérétique.  Pourtant, j'ai étudié Tes Lois Divine et je ne le suis pas.  Même les Lois des Hommes, le Droit Canon qu'ils appellent, ne dit rien qui puisse démontrer que je suis une Hérétique.  Et si je suis possédée, c'est uniquement de Ton Amour.

Je suis en colère contre Toi, mais je n'arrive pas à T'en vouloir.  Je sais que Tu ne m'a pas tout dit, que Tu me réserve des surprises et que le chemin que Tu m'a tracé sera l'un des plus difficiles qu'un de Tes enfants n'aura à suivre.


Je suis rendue loin dans le boisé.  Je me suis arrêtée devant une petite marre et je regarde l'eau gelé sur le dessus, tentant de mettre de l'ordre dans mes idées.  Puis je fait demi-tour et reprend ma marche vers le Monastère.

Depuis ma naissance que je cherche ma place dans ce monde.  Tu m'a permis de choisir ma famille.  Tu m'a aidé à choisir même en me guidant vers l'une de tes plus grandes fidèles.  Une femme humble, douce, aimante.  Tu m'a guidé vers un homme à l'âme plus tourmenté que le tumulte des torrents au printemps.  Une médaille à deux faces qui, malgré ses crimes et ses échecs, fait montre de plus de bontés et de générosités que le plus généreux de tes fidèles.  Tu m'a fait Don d'une famille soudée, aimante, heureuse et prospère.  Mais de tout ceci, je n'en tire aucun privilège, car ma route n'est pas la leur.

Mes premières années ont été agréable.  J'ai pu courir dans les champs, les montagnes, dans l'eau de la mers, sentir toutes les fleurs du monde et embrasser les arbres les plus grands ou les plus tordus.  J'ai cajolé les bêtes, j'ai entendu le chant des oiseaux.  J'ai connu tout ce qu'il y avait de plus beaux dans le monde que Tu a créé pour les humains.  

Puis, ce fut l'appel.

Je savais que ce temps viendrait.  Je ne suis pas sotte.  Je devais maintenant revoir tout ce que je sais déjà.  Ça m'a fait sourire de lire les textes de Sypouss.  Le rêve que Tu lui a fait vivre, je l'ai vécu en personne.  Du moins, une partie de celui-ci.  C'est à ce moment que j'ai comprise que ma route serait longue et difficile.  Je ne l'avais pas encore saisie.  J'avais le soutient de ma famille, céleste et terrestre, mais j'avais droit aux regards surpris, aux gentils mots et à tout le reste.  Même apprendre à écrire à été si facile.  Il n'était question, après tout, que d'éduquer le corps dans lequel je suis les gestes pour écrire et prononcer les mots.


J'arrive de nouveau au bord du bois et je regarde l'édifice devant moi en soupirant.  Je devrai surement faire plusieurs fois le chemin, ou visiter d'autres endroit pour terminer ma discussion.

Écoute.  Je ne peux pas discuter plus longtemps avec Toi aujourd'hui, mais je reviendrai et je continuerai mon histoire, pour que Tu voit combien ma route est difficile jusqu'à maintenant.  Là, je ne T'ai parlée que du plus facile.  La suite sera différente.

Je sais qu'Il sait déjà tout de mon histoire, amis j'ai vraiment le sentiment que ça sera libérateur pour moi de tout dire, de tout exprimer, clairement et sans détour, sans secret.  Tant que c'est à Lui que je parle, le silence des Anges ne m'affecte pas.  Je termine les derniers pas avant d'arriver dans l'enceinte et, la tête haute, je reprend ma démarche joyeuse et souriante.  Jusqu'alors, j'avais eu un regard parfois joyeux, parfois tourmenté ou nostalgique.  Je suis de retour parmi les Hommes.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Constance Élyse VF-DC
Novice infernal
Novice infernal
avatar

Féminin Nombre de messages : 43
Paroisse (Diocèse) IG : Murat (Clermont)
Spiritualité Grégorienne : 181
Date d'inscription : 27/08/2018

MessageSujet: Re: Entre Toi et Moi, il y a un monde!   Hier à 15:08

C'est un autre jour.  Un jour différent, mais la même conversation que je continue dans le même endroit.  Enfin, que je reprend.  Ou plutôt, que je recommence depuis une autre perspective.

Mon Amour, Tu nous a fait comme nous sommes pour que nous puissions nous élever vers Toi.  Je l'ai déjà fait une fois, mais j'avais alors le sentiment de ne pas avoir tout accompli.  Serte j'avais de très nombreux enfants, plusieurs soeurs sur qui je pouvais compter, une vie simple et ordonnée, mais mon ventre n'avait jamais porté d'enfant, mon sein n'en avait jamais nourris.  Mon âme ne pouvait vraiment rester près de Toi à cause de ceci.

Je lève les yeux, alors que je m'arrête un petit moment, pour regarder passer une colombe.

Tu sais, quand je suis revenue, au début, j'avais peur.  Je voulais revenir vers Toi et reprendre ma place à Tes côtés.  J'ai souvent évoqué le désir de Te rejoindre au plus vite, d'accomplir la mission que je me suis donnée et de Te retrouver pour enfin vivre éternellement dans Ta Lumière.  Mais Maman m'en a convaincu du contraire.  Elle m'a dit combien j'avais a apprendre et a vivre avant de retourner vers Toi.  Je ne pouvais pas lui dire que j'étais déjà passé Te voir, mais aussi, je n'en avais pas envie.  J'ai une mission à accomplir et je doit prendre mon temps pour ce faire.

Je sourit doucement en touchant les arbres près de moi.  C'est jolie tout ceci.

J'ai tant de chose à apprendre, je le concède maintenant.  Je dois apprendre à me faire des amis.  Je dois apprendre à aimer et être aimée.  T'aimer est si facile, mais aimer un homme...  Ce n'est pas que j'ai peur de l'acte.  Si ce n'étais que ça qui comptait, je ferais comme les animaux et je me serais déjà reproduite et multipliée, mais Ton message est plus grand, plus vaste.  Oui Tu souhaite notre multiplication, mais pas à n'importe quel prix.  L'Amour partagé par le couple doit être sincère et béni par Toi.  Il ne doit pas souffrir de compromis, être entier et vrai.  Et c'est ça qui est le plus difficile.

J'arrive à une petite clairière et je prend le temps de m'asseoir sur un rocher pour regarder la nature et ses habitants m'entourer.

J'ai vu aujourd'hui un homme se faire ordonner.  Christos disait à ses apôtres qu'ils devraient renoncer à la chaire, que cela constituait un sacrifice important.  Mais je me demande, mon Amour, est-ce vraiment le sacrifice le plus élevé qu'un homme puisse faire?  Et une femme qui est ordonnée, n'est-ce pas là aussi un sacrifice moindre?  L'Homme et la Femme qui jure par Ton Amour de s'aimer et de se protéger jusqu'à ce que leur heure soit venu, n'est-ce pas là un serment similaire à celui de l'Ordination?  

Le Prêtre jure de défendre sa Mère l'Église et tous les fidèles.  Il souffrira de voir ses fidèles trébucher et tomber en s'écorchant l'âme.  Tes enfants s'égarant lui causerons des mauvais rêves et le garderont éveillé toute la nuit pour s'assurer qu'ils ont retrouvés le bon chemin, Ton chemin.  L'Abbesse soignera et nourrira les enfants orphelins, les hommes malades et vieux.  Elle passera des jours entier à pleurer parce que l'un d'eux a été blessé par de vilains mots.  

Mais le couple aussi vivra tout ça.  Le Père enseignera et éduquera le fils.  Il lui apprendra à se défendre et à défendre les autres.  Il devra défendre sa famille contre toutes les influences mauvaises de ce monde, tant spirituelles que temporelles.  La Mère souffrira dans sa chaire à la naissance de son enfant.  Elle le nourrira de son sein quand il aura faim.  Elle lui apprendra à respecter les autres, pansera ses blessures quand, en jouant, il s'écorchera les genoux.

Les deux serment apportent du bonheur et des peines.  Mais, d'après moi, le plus grand sacrifice est celui de renoncer à l'Ordination pour Ta Gloire, pour se multiplier dans Ton Amour et enseigner Ta Loi.  Trouver l'homme ou la femme qui saura t'épauler dans tout ce que tu entreprend est un défi beaucoup plus grand que de renoncer à tout ceci.

Si, dans la forme, les deux serment sont équivalent, ce qu'ils impliquent est plutôt injustement représenté.


Je me relève et recommence à marcher.

Il y a des gens qui oseront dire que l'Ordination, c'est renoncer au plaisir de la chaire.  Mais est-ce là un sacrifice?  Renoncer à un mets succulent ou une magnifique robe pour préférer des haillons et un brouet fade n'est-ce pas un sacrifice similaire?  Un plaisir pour un autre, je ne vois pas la différence.  La procréation n'est pas simplement un plaisir, mais aussi un besoin, une nécessité et un engagement.  Tout comme de manger ou se vêtir.  

J'irais jusqu'à dire que le Mariage, c'est s'engager dans une voie, pas plus difficile ou joyeuse, mais différente.


J'arrive proche du monastère déjà.  Je vais donc conclure.

La difficulté que le Prêtre n'a pas à surmonter, est de trouver La personne.  Un seul autre être humain avec qui passer toute une vie.  Avec qui il faudra tisser des liens si fort que les pires tourment n'arriveront pas à défaire.  Une personne avec qui construire, à partir de rien, une communauté de fidèle viable et dirigé vers Ton Amour.  Ce défi est, selon moi, un sacrifice beaucoup plus important encore!

Et si je ne trouvais jamais cet homme?  Et si je ne pouvais T'offrir de nouveaux fidèles?  N'aurai-je alors pas fait un plus grand sacrifice que le Prêtre?


Je m'étais arrêtée à l'orée du bois, regardant les murs du monastère un peu plus loin.  En baissant les yeux et refermant un peu mieux ma cape, je reprend ma marche.  Je suis transie et affamée.  J'ai peur de faire tout ceci pour rien.  Vivre une vie entière comme une moniale, mais n'en connaître aucune des joies.  Espérer être Mère sans jamais pouvoir l'être.  J'ai peur.

J'ai peur oui.

J'entre enfin dans l'édifice religieux pour aller me restaurer et me réchauffer un peu.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
 
Entre Toi et Moi, il y a un monde!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» Relations entre Politique, CIA et le Sida
» Labadie: Contrat entre l'etat haitien et la Royal Carribean

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Abbaye mère de l'Ordre Grégorien :: L'abbaye :: Dépendances :: Les bois et la roseraie d'Argentat-
Sauter vers: